Je suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé; il entrera et sortira, et trouvera un pâturage. Jean 10, 9.

Interview du Père Gilles JEANGUENIN, exorciste

L'exorcisme: qui, quoi, où, comment ?

interview par Benjamin Legendre - publié le 08/03/2011 dans le magazine LA VIE Né en Suisse en 1960, le Père Gilles Jeanguenin est l'exorciste du diocèse d'Albenga-Imperia, dans le nord de l'Italie. Auteur de "Le diable existe" (éditions Salvator), il nous explique dans quelles conditions l'Eglise permet de recourir exceptionnellement à l'exorcisme et met en garde contre les abus, les superstitions et la confusion avec les maladies uniquement psychiques...


La Vie. Qu’est-ce qu’un exorcisme et qui le pratique?

Père Gilles Jeanguenin. Par l’exorcisme, c’est l’Église qui agit, au nom de Jésus, pour libérer une personne ou un objet qui est sous l’emprise du Malin. C’est le Christ qui a toute autorité sur les démons ; c’est donc en son nom que l’Eglise commande ces esprits mauvais à quitter ceux qu’ils possèdent ou infestent. Sous sa forme simple, l’exorcisme est pratiqué lors de la célébration du Baptême. L’exorcisme solennel, appelé grand exorcisme, ne peut être pratiqué que par un prêtre et avec la permission de l’évêque du lieu. Par conséquent les laïcs ne peuvent proférer d’exorcismes au nom de l’Église: la plupart du temps, ce ne sont que des charlatans. Cette remarque s’applique aussi aux prêtres qui voudraient exorciser sans être en communion avec l’évêque du lieu.

L'exorcisme est-il un sacrement?

Non, l’exorcisme n’est pas un sacrement, mais fait partie des sacramentaux institués par l’Eglise. Ce sont des signes sacrés, que l’Eglise a voulu donner aux chrétiens pour sanctifier certaines circonstances de leur vie. Ces rites sacrés comprennent des prières de bénédictions auxquelles s’ajoutent le signe de la croix et d’autres signes, comme l’aspersion d’eau bénite. Ces bénédictions sont très utiles puisqu’elles nous placent sous la protection de Dieu et nous aident à agir en vue de sa glorification.

Une personne psychiquement malade (maniaco-dépressive, schizophrène) peut-elle recourir à un exorcisme pour aller mieux?

Les maladies dans l’ordre de la nature se soignent par des remèdes selon l’ordre de la nature, et les maux spirituels par des remèdes spirituels : par conséquent, on ne peut guérir des maladies psychiques ou physiques par l’exorcisme, à moins que le malin ait une influence avérée sur celles-ci. Comme le « naturel » et le « surnaturel » sont très souvent liés, il faut prendre le temps de bien discerner pour ne partir sur de fausses pistes, dans un sens comme dans l’autre.

Quelle est la différence avec une prière de délivrance?

Il fait distinguer prière de délivrance et exorcisme. Par la prière de délivrance nous demandons à Dieu la libération de ceux qui sont sous l’emprise du Malin. Cette prière peut s’appliquer aussi bien à soi-même qu'aux personnes qui l’ont demandée. La prière de délivrance peut être célébrée par des prêtres, diacres ou par des laïcs, mais sans prendre la forme d'un exorcisme. La prière de délivrance avec l’imposition des mains doit, toutefois, être réservée aux prêtres. Certains mouvements charismatiques, qui font de la prière de délivrance une sorte "d’exorcisme communautaire", commettent de graves abus. Les prières impératives - l'ordre donné à Satan de sortir des personnes possédées- appartiennent exclusivement à l'exorcisme.

Le soulagement induit par l'exorcisme est-il immédiat?

Généralement oui. Cela ne veut pas dire qu’il suffit d’un seul exorcisme pour obtenir la libération définitive de la personne possédée ou infestée. S’il n’y a pas toujours une libération totale, il y a une libération partielle, qui apporte soulagement et paix intérieure à cette personne. L’exorcisme doit alors être répété jusqu’à l’obtention de la libération définitive, qui ne dépend pas de nous, mais de Dieu.

Rencontrez-vous l'échec?

Oui, et pour différents motifs, certains connus et d’autres pas. Par exemple, une personne qui viendrait demander sa libération, mais qui ne chercherait pas réellement à s’approcher de Dieu ou continuerait à consulter mediums et autres professionnels de l’occultisme, ne retirerait que peu de bienfaits de l’exorcisme. Le manque de collaboration de la personne peut être un frein, voire un empêchement à sa libération.

Puis je aller voir directement l'exorciste ou dois-je être recommandé par mon curé?

Un premier discernement pourrait être fait par un prêtre (curé, aumônier,...) ou même par un laïc formé et connaissant bien ce genre de problèmes. Ordinairement, il y a un grand nombre de malades psychiques qui vont à la recherche d’exorcistes: c’est affolant ! Un filtre nous est bien précieux et nécessaire pour éviter d’être envahis par ces personnes perturbées. D’habitude celles qui me sont envoyées par des prêtres ou même par des médecins, ont des problèmes plus sérieux que celles qui se présentent d’elles-mêmes après avoir repéré mon adresse sur internet !

Existe-t-il des contre-indications (santé psychique ou physique)?

On ne doit pas soumettre de personnes atteintes de maladies psychiques à l’exorcisme, même si l’on a de fortes présomptions que le malin puisse avoir pris une part active au délabrement physique et psychique de certaines personnes. Généralement un avis médical s’impose. Certaines personnes, restées dans l’obscurantisme, considèrent que l’épilepsie est une maladie diabolique.

Les animaux, les objets, les lieux peuvent-ils être possédés comme des humains le sont?

On parle d’infestation pour les lieux et les choses et non de possession. Le démon peut prendre possession d’un corps humain et plus rarement de celui d’un animal. En général, l’influence des esprits mauvais peut s’étendre sur tout ce qui est créé, mais non sur l’âme humaine.

Est-ce gratuit?

Aucun vrai exorciste, mandaté officiellement par son évêque, ne présentera de facture à ceux qui viendront lui demander de l’aide. L’exorcisme est donc complètement gratuit. Toutefois, il est bienvenu d’aider économiquement son Église et ses ministres par une offrande libre.

Quelles précautions à prendre devant un proche qui se dit possédé?

Qui s’avoue possédé ou envoûté ne l’est que rarement. Il s’agit souvent de personnes malades psychiquement. Il faut plutôt les convaincre d’aller consulter un prêtre ou quelqu’un qui puisse faire un discernement, et les diriger vers des instances compétentes. Le Rituel des Exorcismes met en garde contre l'imagination de certains qui peut les porter à croire qu'ils sont la proie du démon. Dans tous les cas, il faut vérifier que celui qui se dit possédé par le démon le soit vraiment. Le texte recommande de distinguer entre une véritable intervention diabolique et la crédulité de certains fidèles qui pensent être l'objet de maléfices ou de malédictions. "Il ne faut pas leur refuser une aide spirituelle, mais il ne faut pas à tout prix pratiquer un exorcisme."

Des prêtres abusent-ils de l'exorcisme envers des personnes psychologiquement malades?

Malheureusement oui, mais leur nombre est minime. J’ai dû intervenir plusieurs fois auprès d’évêques pour faire cesser les nuisances de leur exorciste. Il s’agit généralement de prêtres pieux, mais sans discernement ni compétence en matière d’exorcisme, qui demandent à leur consultant d’interrompre leur traitement médical ou exorcisent systématiquement tout hystérique ou épileptique ! La prudence et le discernement sont les qualités incontournables de l’exorciste. Le Rituel ajoute : "L'exorciste décidera avec prudence de la nécessité d'utiliser le rite 'exorcisme après avoir procédé à une enquête diligente - dans le respect du secret confessionnel - et après avoir consulté, selon les possibilités, des experts en matière spirituelle, et, s'il est jugé opportun, des spécialistes en science médicale et psychiatrique, qui ont le sens des réalités spirituelles."


Haut de la page

Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS!