"Tu nous as fait pour Toi SEIGNEUR et notre coeur est sans repos tant qu'il ne demeure en Toi !" St Augustin

Les personnes qui "touchent"

guérisseurs, toucheurs, magnétiseurs, conjurateurs

ont-elles reçu un don de guérison ?


De nombreux guérisseurs

      Des personnes font disparaître la douleur - des brûlures, de l'apparition des dents chez le nourrisson, du zona, les vers, etc.- d'une façon quasi instantanée. Mais non la cause de cette douleur, qui demande généralement à être soignée. On les appelle les "guérisseurs".

      Ce sont souvent des personnes de bonne foi, qui sont croyantes. Elles prient, et font prier les autres. Dans leur maison, on trouve généralement beaucoup de signes religieux (statues de la Vierge, crucifix, images pieuses, bougies, photo du Pape, etc.).

      Certaines font cela de temps en temps, avec le désir de rendre service, dans un cercle restreint (famille et voisins). D'autres y ajoutent l'intérêt pour le porte-monnaie, et cherchent aussi à établir une véritable domination en mettant les personnes en dépendance...

1. Les "prières" magiques ou le magnétisme guérisseur

  • "Elles agissent à partir de ce qu'elles appellent des "PRIÈRES". Le problème est que ces prières peuvent être, en fait, des prières "magiques": on considère qu'elles produisent un effet précis. C'est, par exemple, le recueil de « prières » de l'abbé Julio, en vente dans les librairies ésotériques.

  • "Ces personnes peuvent posséder, et c'est le cas le plus fréquent, une ou plusieurs véritables FORMULES MAGIQUES qu'elles ont reçues dans leur famille, ou de quelqu'un d'autre. Ces formules contiennent le nom d'un saint, souvent de Judas. Les guérisseurs les "marmonnent " à voix basse, pour qu'on ne comprenne pas, et que la chose puisse rester en leur possession. À ces prières, certains ajoutent des signes de croix, des impositions de mains, des prières à dire chez soi... D'autres présentent cela à la manière d'une technique (le « reiki » par exemple) ce qui ne diminue en rien le caractère occulte de l'origine de ces pratiques.

  • "Certaines personnes ne disent aucune prière, mais font des PASSES MAGNÉTIQUES avec les mains, car elles savent qu'elles possèdent un « magnétisme guérisseur ». Si l'on cherchait à faire avec elle une « anamnèse occulte », c'est-à-dire à voir quel est leur relation personnelle ou familiale (parents, grands-parents) avec toutes les formes de l'occultisme, on constaterait aisément que l'apparition du magnétisme est la conséquence (ou la résurgence à une ou deux générations de distance) de pratiques occultes antécédentes. Le magnétisme guérisseur semble émerger particulièrement chez des personnes qui sont allées voir des guérisseurs, et donc qui ont subi l'influence de la magie blanche... Les personnes qui vont voir des magnétiseurs observent souvent sur elles-mêmes des conséquences graves: dépendance du magnétiseur, angoisse, cauchemars... Je n'hésite pas à parler, pour les avoir constatés, de véritables ravages accomplis par les magnétiseurs...

2. S'agit-il d'un "pouvoir de guérison" qui viendrait de Dieu ?

  • "Il y a bien sûr des charlatans, qui ne s'intéressent qu'à l'argent. Cependant, après une visite chez un guérisseur qui agit avec succès dans un domaine précis : "conjurer les brûlures", ou "couper le feu" des zonas, ou arrêter les hémorragies, ou faire disparaître les verrues, les vers, ou supprimer la douleur provoquée chez les nourrissons par la sortie des dents... (on pourrait allonger la liste), il est fréquent de constater qu'IL S'EST PASSÉ QUELQUE CHOSE. Au minimum la suppression de la douleur. C'est la raison pour laquelle on retourne les voir, en cas de besoin. "

  • IL NE S'AGIT PAS D'UNE GUÉRISON, mais de la disparition de symptômes organiques. Au prix de conséquences se situant à d'autres niveaux, psychique et spirituel, comme on peut le constater ensuite ... En quelque sorte, il s'agit d'un déplacement de symptômes.

  • " IL NE S'AGIT PAS D'UNE GUÉRISON D'ORIGINE DIVINE. Jamais la guérison divine n'a cet automatisme ; elle n'est pas soumise à la volonté de l'homme, mais, au contraire, soumise à la volonté de Dieu.

  • " IL S'AGIT DE LA CONJURATION MAGIQUE DES MALADIES, OPÉRÉE PAR MAGIE BLANCHE. La magie donne toujours et immédiatement le petit bien recherché, mais provoque aussi toujours un plus grand mal ailleurs. Il y a donc une confusion, qui peut provenir de l'ignorance des uns ou des autres. L'Église en effet, n'a guère donné d'enseignements ou de formations à ce sujet. Qui plus est, on rencontre des prêtres et des religieuses qui ont ce genre de pratiques...


      Dans cette feuille, je ne veux en aucun cas juger les personnes, allumer des bûchers, ou condamner. Il s agit d'informer et de mettre en garde. En ce sens, je voudrais citer un extrait des n° 2115- 2118 du Catéchisme de l'Église Catholique :

« Toutes les pratiques de magie ou de sorcellerie, par lesquelles on prétend domestiquer les puissances occultes pour les mettre à son service et obtenir un pouvoir surnaturel sur le prochain - fût-ce pour lui procurer la santé -, sont gravement contraires à la vertu de religion. Ces pratiques sont plus condamnables encore quand elles s'accompagnent d'une intention de nuire à autrui et qu'elles recourent à l'intervention des démons. Le port des amulettes est lui aussi répréhensible. Le spiritisme implique souvent des pratiques divinatoires ou magiques. Aussi l'Église avertit-elle les fidèles de s'en garder. Le recours aux médecines dites traditionnelles ne légitime ni l'invocation des puissances mauvaises, ni l'exploitation de la crédulité d'autrui. »

3. La magie blanche et ses conséquences

      L'ATTEINTE OCCULTE ou "LIEN" OCCULTE (un secteur de notre liberté intérieure est lié, parasité) comporte bien des degrés différents, et il est difficile d'en parler en donnant un contour précis. Cela dépend de la fréquence avec laquelle la magie a été employée ; de la distinction entre le fait qu'on est demandeur ou pratiquant effectif. Cela peut se traduire par des déséquilibres psychiques, des fermetures du coeur à tout ce qui est religieux. Les cas les plus graves concernent les familles où les pratiques magiques se sont transmises sur plusieurs générations, et où l'on va de difficultés en drames et en catastrophes. Certaines personnes peuvent ainsi être l'objet de véritables attaques démoniaques. « Dans 90 % des cas au moins, la réalité des attaques démoniaques est en relation avec des contacts plus ou moins suivis avec les pratiques de l'occultisme et de la sorcellerie » (G. Morand, Faut-il exorciser aujourd hui, Fayard, 2000, p. 211).

      Chez quelqu'un qui pratique ou qui recherche les services de l'occultisme, on PEUT trouver les symptômes suivants:
* Au plan PSYCHIQUE :
  • le caractère : insensibilité, égoïsme, isolement sur soi ;
  • les passions : humeur querelleuse et colérique, sexualité exacerbée et anormale, tendance aux actes de violence et au crime ;
  • les troubles psychologiques et psychiques : "dépendance" de plus en plus grande, fuite des responsabilités concrètes, mélancolie, cauchemars, obsessions, dépression, idées de suicide, crises d'angoisse.
* Et surtout s'ils sont associés, au plan SPIRITUEL :
  • à la disparition de la prière et de la pratique sacramentelle ;
  • à l'incrédulité vis-à-vis de la Parole de Dieu et de l'Église ;
  • à l'agnosticisme ou athéisme déclarés et endurcis ;
  • aux pensées blasphématoires...

Les symptômes psychiques NE SIGNIFIENT PAS À EUX TOUS SEULS que la personne s'adonne à ces pratiques. D'autres causes, médicales ou psychiatriques, peuvent en être à l'origine, et doivent être traitées par la médecine. Il convient d'être très prudent dans le discernement, et de se garder d'attribuer aux pratiques occultes ce qui relève d'une maladie que la médecine doit soigner.

4. Que faut-il faire pour être libéré(e) ?

      Les "liens" spirituels peuvent demeurer longtemps insoupçonnés. Lorsqu'ils sont discernés et identifiés avec une certaine probabilité...

  • il faut, bien sûr, que la personne désire être libérée de ces liens.
  • il faut ensuite demander la prière de libération des liens occultes,essentiellement à un prêtre, sinon une personne laïque qui vit ce ministère de prière de libération en lien avec un prêtre (si c'est le cas, elle est clairement identifiée dans l'Église).
  • il faut encore renoncer, dans l'avenir, à tout autre pratique occulte, et que la personne se débarrasse de tout « matériel » occulte en sa possession : livres, pendule, objets donnés, etc.
  • il faut enfin qu'elle se repente, qu'elle demande pardon à Dieu pour ces pratiques occultes ; le sacrement de réconciliation, chaque fois qu il est possible, est souhaitable.


***

Le don de prière pour les malades existe dans l'Église
et n'a rien à voir avec la magie

      La confusion est grande entre l'action des guérisseurs et l'oeuvre de guérison accomplie par Jésus dans l'Église. C'est pourquoi il est important de proposer quelques balises, pour mieux éclairer les différences entre les pratiques de magie blanche et la vraie guérison divine.

1. Le don de prière pour les malades n'est pas d'abord centré sur la santé des personnes, mais il accompagne la prédication de l'Évangile

      À la fin de l'Évangile selon saint Marc, Jésus ressuscité envoie ses apôtres en mission : « Allez dans le monde entier, proclamez l'Évangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui ne croira pas sera condamné. Et voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom, ils chasseront les démons, ils parleront en langues nouvelles, ils saisiront des serpents, et s'ils boivent quelque poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades et ceux-ci seront guéris » (Mc 16,15-18).

      Jésus ordonne d'abord de proclamer la Parole ; puis il invite à imposer les mains aux malades pour qu'ils soient guéris. Les "signes" accompagnent donc l'annonce de l'Évangile. Ils n'existent pas seuls, mais lorsque l'on proclame le salut en Jésus-Christ. Il ne faut pas oublier cet avertissement de Jésus : « Ce n'est pas en me disant : "Seigneur, Seigneur", qu'on entrera dans le Royaume des Cieux, mais c'est en faisant la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Beaucoup me diront en ce jour-là : "Seigneur, Seigneur, n'est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé ? en ton nom que nous avons chassé les démons ? en ton nom que nous avons fait bien des miracles ?". Alors je leur dirai en face : "Jamais je ne vous ai connus ; écartez-vous de moi vous qui commettez l'iniquité » (Mt 7,21-23).

2. Il est au service de la communauté chrétienne.

      Le don de prière pour la guérison des malades est pour le bien commun. IL NE S'AGIT PAS D'UN POUVOIR PERSONNEL. Celui qui reçoit le don n'est qu'un instrument. Il doit rester très humble, et rendre à Dieu la gloire qui lui revient. De notre côté, il est dangereux de regarder celui qui a reçu ce don de prière comme quelqu'un qui "possède" un pouvoir merveilleux, et d'oublier ainsi de regarder Jésus qui accorde le don. Lui seul guérit.

      Si ce don est mis au service de la communauté, c'est un don précieux. Il accroît la foi de la communauté, il réveille ceux qui dorment, il revitalise le ministère d'évangélisation, montrant Jésus vivant au milieu de nous.

3. Il n'a rien d'automatique... et nous laisse désarmés

      Certaines personnes, qui apparemment ont une grande foi, et même semblent mériter la guérison, ne sont pas guéries. Au contraire, parfois sont guéries des personnes auxquelles on n'aurait jamais pensé...

      Dieu est un Père plein de bonté. Il compatit à la douleur de ses enfants. C'est pourquoi il guérit des malades. Mais nous demeurons face au mystère de l'amour de Dieu et de son plan pour chaque personne. Il est vrai qu'il n'en guérit que quelques-uns... Mais il offre à tous la guérison définitive: la vie éternelle, où il n'y aura plus ni maladie, ni deuil, ni pleurs. Nous recevons gratuitement la guérison, mais qui sommes-nous pour demander à Dieu : pourquoi guéris-tu untel et pas untel ? On n'est pas guéri parce qu'on le mérite, c'est un pur don de Dieu.

      Jésus n'a jamais dit que tous les malades seraient guéris, mais qu'il nous donnerait des signes pour l'évangélisation. Les guérisons sont des signes qui accompagnent l'annonce de l'Évangile, mais il n'est pas nécessaire que tous soient guéris pour qu'on croie à la Parole de Dieu.

4. Il s'exerce souvent au cours d'une célébration communautaire de prière

      Celui ou celle qui a reçu le charisme de prière pour la guérison des malades n'est pas un guérisseur. IL PRIE POUR LES MALADES, ET JÉSUS GUÉRIT CEUX QU'IL VEUT. Le plus souvent, cette prière se déroule publiquement, au cours d'une assemblée de prière ou après la célébration de l'Eucharistie. La place de la communauté, de l'Église, est importante. C'est à l'Église, à travers l'un de ses membres, qu'est donné le charisme de guérison ; et C'EST EN ÉGLISE QU'IL S'EXERCE, ET NON PAS D'ABORD EN PRIVÉ ET DE FAÇON INDIVIDUELLE.

      Il faut ajouter que la guérison divine peut être reçue aussi à travers le sacrement de l'Onction des malades donné par le prêtre à des personnes malades chez elles, ou au cours de célébrations communautaires de ce sacrement. Désirer ce sacrement, quand on est gravement malade, c'est désirer s'abandonner à la grâce de Dieu, qui vient nous fortifier et nous guérir.

5. Il concerne la personne tout entière, et pas seulement sa santé physique.

      Le ministère de prière pour la guérison ne se réduit pas à la guérison physique. Il se préoccupe aussi du pardon et de la guérison intérieure. Si les gens se sentent très loin de Dieu, il faut les aider à se repentir de leurs péchés. Souvenons-nous du paralytique à qui les péchés ont d'abord été remis avant qu'il ne soit guéri (voir Mt 9,1-8). IL N'Y A DONC PAS DE PRIÈRE POUR LA GUÉRISON SANS ÉVANGÉLISATION.

      La guérison du paralytique nous rappelle que Jésus a le pouvoir de pardonner les péchés, et par là même d'en détruire les conséquences. À travers les signes comme les guérisons, le Seigneur vient nous manifester sa victoire totale. Il se montre le Seigneur Vivant aujourd'hui, qui donne la Vie à ceux qui croient en son nom.


***


      Cette réflexion a pour but de nous aider à "faire le tri". Je ne peux que conseiller aux chrétiens qui posséderaient des pouvoirs, mais qui ne sont pas vraiment convaincus de leur origine occulte, d'avoir le courage de les remettre au Seigneur Jésus dans la prière : « si cela ne vient pas de toi, enlève-le moi ».

      Nous vivons une période de grande confusion. Il est bon de discerner où agit l'Esprit Saint, l'Esprit de Jésus, pour mieux l'accueillir, et éviter également de nous fourvoyer dans les pratiques magiques. Nous savons ainsi que nous pouvons demander la guérison, mais à seulement à Jésus et à travers la prière de son Église.


P. Dominique Auzenet      
Ancien Recteur de la basilique Notre-Dame du Chêne      
Délégué diocésain au Renouveau charismatique
      
Responsable du suivi de la "Pastorale Nouvelles croyances, dérives sectaires"       http://charismata.free.fr/      


Haut de la page



Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS! [Valid RSS]